Rechercher
  • Agnès Benedetti

Délivrez-nous du management !

Arles, mardi 20 septembre à 19h, Damien Lallemand reçoit Jean-François Gomez à la librairie les Grandes Largeurs, 11 rue Réattu.



Gomez Jean-François, 2022. Délivrez-nous du management! Monde d’avant et monde d’après dans les métiers de l’humain, Paris, Éditions Libre et Solidaire.



Note de lecture de Gaston Pineau, chercheur émérite au Centre de Recherche en Éducation et Formation relatives à l’Environnement et à l’Écocitoyenneté (Centr’Ére) de l’Université du Québec à Montréal.










Délivrez-nous du management! Un titre engagé, comme la vie de Jean-François Gomez et l’appellation de la maison d’édition « Libre et Solidaire ». Mais ne pas s’attendre à un manuel simplement« anti », à formules rapides, restant prisonnier d’une opposition idéologique réflexe. Jean-François évite « la déploration trop facile»(p.22) et « fait rencontrer des mondes, loin des images d’Épinal et de l’idéologie »(p.209). Pour les métiers de l’humain (travail social, santé, éducation, formation…), et en contrepoint des discours formatant, il propose un livre de récits de pratiques, nourris d’histoires de vies …et de morts, éclairant et s’éclairant de cette écriture (p.198).


Un deuxième sous-titre, dans la page intérieure, départage pour lui l’avant et l’après dans ces métiers de l’humain : treize novembre dans un hôpital parisien et autres essais. L’ampleur et la chaleur de la mobilisation humaine de la prise en charge des blessés de la tuerie du Bataclan par le personnel de l’hôpital Saint-Antoine, est au cœur de la première partie : le travail en situations. La seconde, Du tragique au doute, analyse le rôle de la guerre et des bascules de la vie, dans la genèse de parcours de personnes créatrices : Deligny, Camus, Freinet, Péguy, Simone Weil, François Tosquelles…Et la troisième, Être, là…relate son expérience initiatrice de l’apport heuristique d’un premier atelier d’histoires de vie mis en place dans un établissement qu’il dirigeait : « Les récits que je recueillais dans leur incomparable diversité et le temps que je leur consacrais…me firent penser que je pénétrais dans un laboratoire où était déposée en secret la pensée éducative dont la richesse vertigineuse échappait au premier regard, trop souvent armée de prétentions savantes quand on voulait l’expliquer ou la conceptualiser » (p.192).

Chansons de geste d’un troubadour annonce très justement le préfacier, Jean-Christophe Contini. Ces chansons de geste ne sont pas des improvisations. Elles ont du métier : éducateur, puis directeur d’institutions éducatives à Paris et Montpellier, Jean-François est chercheur et formateur au long cours, poète et écrivain. Voilà presque trente ans, il m’avait fait l’honneur de me demander de préfacer un de ses premiers livres : L’éducateur et son autre histoire. Mort d’un pédagogue (Gomez, 1994). Sa tonalité me l’avait fait relier aux chansons de geste du 12e et 13e siècles, exprimant « une nouvelle conception de l’amour qui a profondément modulé la structure de la psyché occidentale » (Marrou, Les troubadours, 1971, p.12). Et j’avais intitulé la préface : « Naissance d’une geste ». C’est donc plus de trente ans d’expériences vitales qui s’expriment.


Ces chansons de gestes modernes et postmodernes veulent exprimer « la gestaltung, la forme en train de se faire »(p.134), au cœur de l’agir quotidien, à l’insu presque de ses protagonistes. Cette forme émerge du regard, du balbutiement, du geste hésitant d’un moindre sujet en formation de lui-même, en autoformation, mais empêtré dans sa gangue périnatale. Et elle n’ira pas plus loin, avortera, si elle ne trouve un espace socio-matériel d’expression, d’ouverture libératrice, c’est-à-dire de naissance en accueil socioformateur, d’accompagnement, d’accomplissement, d’autonomisation en connaissances et reconnaissances de savoirs échangeables. Les chansons de gestes de Jean-François visent à actualiser une maïeutique postmoderne permanente (Desroche, 1990. Entreprendre d’apprendre. D’une autobiographie raisonnée aux projets d’une recherche-action) pour délivrer de l’emprise monolithique d’un management surplombant.


Jean-Christophe Contini, auteur récent de l’éducation spécialisée : l’écriture de l’agir. La fabrication du quotidien (2020), présente ainsi l’ouvrage dans sa préface : d’une destruction qui n’est pas créatrice (p.6), des transparents : violence, trauma et novlangue managériale (p.9); du conceptuel au détriment de la présence et du relationnel (p.11); d’une pensée critique : entre poétique, politique et art du geste (p.14).


S’il est des métiers où le passage paradigmatique des sciences à appliquer aux personnes réflexives s’imposent de toute urgence, c’est bien dans les métiers de l’humain (Schön, S.A., 1991, Le tournant réflexif : pratiques éducatives et études de cas; Cifali M., 2019, Préserver un lien: éthique des métiers de la relation. La reconnaissance récente de la spécificité des pratiques de formation comme sciences possibles est un pas important dans cette transition complexe qui prendra du temps, beaucoup de temps. Dans cette transition, le troubadour Gomez, en retraite institutionnelle, nous invite à danser en deux temps - expérientiel/formel - et trois mouvements de tout cours de vie – auto, socio, et éco- à apprendre à rythmer de façon formatrice à tous les âges. Aux dernières nouvelles, il apprenait justement à jouer du violon.

Posts récents

Voir tout

Je partage un message reçu de l'association INSISTANCE, c/o Axelle du Rouret 10 rue de l’espérance, 75013 Paris Pierre DAVIOT – JAMES JOYCE ET LA BIBLE Revue Insistance n° 16 – Parution Septembre 2022